Théologie de travail

Première partie 

Théorie relative à la théologie du travail

Définition du concept

La Théologie du travail est définie comme «l’Intégration de la foi chrétienne avec le travail dans le monde.  C’est-à-dire, elle consiste à conscientiser nos âmes au travail,  dans le milieu public et l’expression de notre croyance et l’obéissance à notre créateur Dieu.  Elle vise également à aider les pasteurs, leaders communautaires, personnes d'affaires, politiciens, fonctionnaires, agents de sécurité, ingénieurs, jeunes, agriculteurs,  pêcheurs, et tous les travailleurs d'exprimer leur satisfaction dans le travail qu’ils font et de comprendre sa valeur pour la gloire de Dieu. Ainsi, Jean 5:17 dit: "Jésus leur dit, mon Père est toujours à son travail à ce jour, et moi aussi je travaille».

La théologie du travail

Genèse 2:15 dit: L'éternel Dieu prit l'homme et le plaça dans le jardin d'Eden pour le cultiver et à prendre soin d'elle.

Le mot « travail » en Hébreu utilisé dans le passage est abad qui signifie littéralement «service à Dieu», tandis que dans la traduction courante  est «prendre soin» est shamar qui signifie littéralement "garder ses commandements».

Le séculaire et le sacré

Par ailleurs, le mot grec utilisé dans Actes 6:2 pour décrire  «le Ministère de l’église spirituelle» est diakonia. Le même mot est utilisé pour décrire le «travail normal de l’homme», de distribuer  la nourriture aux nécessiteux   sans distinction (différence) entre le  "travail séculaire» et «travail sacré».

Luther et Calvin sur le travail

Les  pères de la réforme  dont Martin Luther et Calvin sont d’accord que «Tous sont appelés et que toutes les travaux profitent l’approbation divine, et qu'on ne devrait pas prendre à la légère la   Vocation / Appel – Calling ».                 

Cependant,  selon R. Paul Stevens,  les  affaires comme «  la cordonnerie,  le forgeron, l’agriculture,  le travail du bureau,  servir  les autres, le bien-être corporel et spirituel de la communauté, etc.,  » sont des « travaux » de Dieu.  Source : Martin Luther "Lettre ouverte à la noblesse,  le chrétien appel »  par Donald R. Heiges.

En outre, Luther  ajoute, « si vous trouver un travail par lequel vous servez Dieu,  ses saints ou vous-même,  et pas  pour votre voisin, sachez  bien qu’un tel travail n'est pas bon ». Source : Martin Luther « Lettre ouverte à la noblesse,  le chrétien appel »  par Donald R. Heiges ».

Appel et Vocation

Le mot anglais «vocation» vient du mot "vocare" en  latin,  qui signifie littéralement "appeler". Malheureusement, dans l'usage courant de la «vocation» le mot se réfère généralement à une occupation et le choix de carrière qui a conduit le mot latin à perdre sa signification comme prévu par celui qui  fait « appel »  dont  Dieu le créateur.

Ce faisant, sous le mandat de Rédemption nous sommes  appelé à/de:

  • Développer le potentiel de la création ;
  • Améliorer la vie humaine ;
  • Construire une communauté sur Terre ;
  • Protéger et travailler pour l’environnement
  • Enrichissement global et de l'unité (Remplissez la Terre - Genèse 1:28) ;
  • Créer des richesses et réduire la pauvreté (les entreprises peuvent avoir un dessein rédempteur de soulager la pauvreté et créer de nouvelles richesses) ;
  • Investir dans le ciel (Matt 6:19-20) ; et

Deuxièmement, dans le cadre du mandat de rédemption, l'homme est appelé à:

  • La repentance (cf.: Matt 3:2, 4:17; Marc 1:15 et Actes 2:38 ;
  • Avoir la foi dans le Christ (cf.: Marc 1:15: Jean 1:12; 3:16; 6:29; 20:30-31; Actes 16:31 et Romains 10:8-10) ; et
  • Témoigner sa foi et l’amour de Dieu envers sa créature (cf.: Matthieu 28:19-20; Jean 1 : 12 ; Actes1: 8).

Laïcs et  Clergés

Le nouveau testament n’a pas une théologie de laïc  ni ne dispose d'une théologie du clergé. En fait, le mot grec laikoi qui est littéralement traduit 'profane' et qui est couramment utilisé pour désigner les croyants (non-leaders) «les laïcs» a d'abord été utilisé à la fin du 1er siècle par Alexandre de Rome et  ce concept  n'est  jamais été utilisé par un apôtre inspiré (écrivain) dans le nouveau testament. Ce mot décrit non-pasteurs (non-leaders), comme «les chrétiens de deuxième classe, sans formation  et non équipés contrairement à la Bible  qui met l'accent sur l'égalité chrétienne.

Le terme «laïc» est l'un des pires dans le vocabulaire de la religion et doit être bannie de la conversation chrétienne".

En fait, «laïc» est une terminologie très glissante  selon le contexte spécifique de l'église «laïc» est défini  comme:

Fonction : ne gère pas la parole et des sacrements.
Statut : n’a pas une «révélation»
Localisation : sert principalement dans le monde
Education : n'est pas théologiquement formé
Rémunération : n'est pas à temps plein et rémunéré
Style de vie : n'est pas religieux  mais occupé à «laïcité» de la vie.

Laos (foule)

Le mot grec correcte  à  être utilisé  est «laos»  lequel dans la théologie du nouveau testament décrit «un peuple appartenant à Dieu»,  un peuple élu, un sacerdoce royal et une nation sainte (I Peter2: 9 et Exodus19: 6). Dans le sens vrai du concept « laos », il n'y aurait pas besoin de décrire certains membres du corps du Christ que des membres du clergé et des certains comme «laïcs».

Kleros

Le mot grec «Kleros» signifie littéralement celui est  qui est nommé, «  the Appointed». Evidemment, ce mot est utilisé dans le nouveau testament pas pour les leaders du peuple  mais pour tout le monde. Ainsi donc,  l'église dans sa constitution est un peuple sans laïcs dans le sens habituel, en service, et nommé par Dieu pour maintenir le service de Dieu et la mission dans le monde.

Milieu Public dans l'ancien testament

Dieu a utilisé des praticiens/travail du milieu public dans l'ancien testament pour accomplir ses desseins divins, à savoir:

  • Joseph, qui a été utilisé par Dieu pour sauver l’Israël et sa famille pendant qu’il n'était pas un prêtre, mais il travaillait dans un royaume du monde (Marketplace),   Genèse 45:7-8 ;
  • Deborah, qui a été utilisé par Dieu pour délivrer l’Israël de l'oppression des cananéens et était un juge dans un milieu public (cfr. Les juges 4:4-5) ;
  • Néhémie, qui a été utilisé par Dieu pour reconstruire les murs de Jérusalem, était le serviteur d’un roi païen (cfr. Néhémie 2:1-5) ;
  • Besthaleel, fils d'Uri de la tribu de Juda fut rempli du Saint Esprit dans la sagesse, la compréhension pour concevoir œuvres artistiques lors de la construction du Tabernacle (cfr. Ex 31:1-5) ;
  • David, qui a été utilisé par Dieu pour détruire l'ennemi d'Israël Goliath, était un roi d’un royaume et non un prêtre (cfr. I Sam 17:34-36, 40-50) ;
  • Ester, qui a été utilisée par Dieu pour sauver les enfants d'Israël de la main de Haman (cfr. Ester 5:9-14; 7:3-5; 8:1-2) ; et
  • Daniel, qui a été utilisé par Dieu pour changer la loi, dans un royaume païen (cfr. Daniel 6:6-9, 24-28).

Milieu public dans le nouveau testament

En outre, les Scribes du nouveau testament n'ont pas été autorisés à recevoir aucune rémunération pour les religieux et  d'avoir un autre métier pour gagner leur vie (la doctrine biblique de travail, par le conseil mondial des églises, 1954).  Quelques illustratifs sont :

  • Paul, un pharisien avant la conversion était un professionnel fabricant de tentes, dont il n'a pas abandonné quand il est devenu un apôtre du Christ aux Gentils (cfr. les Romains 11:13 cfr. Actes 18:1-4; Titus 3:12-13; II Tim. 4:9-10), et
  • Lydia, était une femme d’affaire à Thyatire  en Asie Mineure (cfr. Actes 16:11-15, 40).

Il est donc intéressant,  de noter que chaque croyant est un ministre/serviteur à temps plein du Christ d'où l'expression «à temps plein » utilisé pour désigner les pasteurs est seulement erronée.

 Malentendu à propos de travail

«Pole kwa kazi», littéralement signifie « consoler » aux venant du travail. Cette expression couramment utilisée en Afrique  swahiliphonie est à décourager. Toutefois, l'expression la plus appropriée serait, «Hongera kwa Kazi», littéralement signifie « courage au travail ».   

Curieusement, chez les Babembe, l’une des tribus de la RD Congo, l’expression « Mwakolee »qui signifie « bienfait » est aussi  très appropriée.

Enfin de compte, le travail n’est ni châtiment ni malédiction, plutôt   c'est une bénédiction que tous les hommes et les femmes ont besoin d'embrasser.                          

Thèmes principaux du cours

Création

Dieu est le Créateur de toutes choses et   a créé  l'homme à son image et à sa ressemblance (cfr.  Genèse 1:27).

Ce faisant,  le  travail de l’homme est alors :

Représentant: Dieu créa l'homme pour que l'homme soit son représentant sur terre en régnant sur toute la création. Ceci définit la relation de l'homme avec son créateur (cfr. Genèse 1:26, 28; Palsm8 :6-9).

Louange et adoration: A la lumière de la rébellion de Lucifer qui a attiré un tiers  des anges, Dieu créa l'homme  afin que l'homme le loue et l’adore (Dieu), cfr. Psaume 148:5-7; 29:2; 96:9.

Fraternité: Dieu créa l'homme, afin qu'il (l'homme) soit un partenaire (cfr. Genèse 3:8-10; Esaïe 1:18; John 1:1-11).

Gloire de Dieu: Dieu a créé l'homme pour sa propre gloire (cfr. Esaïe 43:7; Psaume 139:14; Job 1:6-8).

Responsabilité

Après la création, Dieu remet le travail de nommer les êtres vivants a Adam (cfr. Genèse 2:19-20).

Serviteur / Intendance

«Nous» l’homme/femme, sommes des gardiens de la création de Dieu (cfr. Genèse 2:15; je Corin 4:1-2):

  • Serviteur / gardien des talents/ dons des autres;
  • Gardien de pouvoir et de l’autorité;
  • Gardien des temps/ circonstances;
  • Gardien des ressources communautaires;
  • Gardien de l'environnement, et
  • Gardien de beauté des valeurs.

Les travaux avant la chute

Il y a deux institutions ordonnées par Dieu avant la chute, à savoir:

  • Travail : Genèse 2:15
  • Famille : Genèse 2:18, 21-25

Le travail avant la chute était mandatée par Dieu

 Alan Richardson, du Conseil œcuménique des églises, dans son livre intitulé'' La doctrine biblique de travail'' (1954), décrit le travail de l'homme comme «un acte de louange» (cfr. Genèse 2:15).

Le travail est synchronisé

 Il est coordonné et harmonisée avec le dessein / la volonté de Dieu.  Ce travail est poussé par l'amour et soutenu par l'espérance (cf. 1 Thessaloniciens 1:3). Un tel travail est à la fois une valeur extrinsèque, valeur durable  et  qui donne de la joie au travailleur.

Cette sorte de joie n'est pas l'absence de la douleur,  pas un sentiment de bonheur  mais le sens de la paix qui suit le plan merveilleux de Dieu pour nous (Gal. 5:22; Matthieu 25:14 -21 et  Apocalypse 14:13).

 En guise du travail, Dieu rémunère le travail humain - (Mt 25:21; Apocalypse.), Dieu dynamise le travail humain - (I Cor.3:5-11) et

Dieu reçoit le travail humain  (Mt 25,40, 45)

Deuxième partie

Travail après la chute

Le travail comme peine


Cette première approche est bien résumée par la fameuse phrase du récit de la Genèse, lequel Adam et Eve ayant désobéi puis leur expulsion    au paradis et Dieu dit désormais : « tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ».  Cette position a profondément marqué les mentalités jusqu'à cette vallée de larmes où nous gémissons et dont nous aspirons à sortir et que nous retrouvons dans « Salve regina ».



De quoi s'agit-il?

Avant tout d'assurer à l'homme les moyens de sa subsistance parce que le travail était marqué au départ par la précarité de la vie. Remarquons qu'il n'y a pas de théologie pure indépendamment des circonstances. Les premiers chrétiens  étaient relativement peu marqués par l'esclavage et on ne peut percevoir ce que signifie cette situation des hommes qu'à partir du moment où la société tout entière possède assez d'éléments matériels et techniques.

Pour ce qui est du paradis, il faut se souvenir qu'Adam n'y a rien produit. Ce n'est qu'après  Adam s'est mis à œuvrer, comme s'il y avait à la sortie du paradis un enfantement douloureux.  Mais, le travail n'est pas seulement une peine, il est également fabrication, création, et c'est ce qui va permettre à la Bible d'avoir deux approches dont d'une part le travail manuel qui est fatigant et de l'autre côté le travail intellectuel.

On ne peut séparer ces deux aspects car l'homme est à la fois intelligence, création affective et également manouvrier c'est-à-dire celui qui travaille avec ses mains.

Le travail après la chute est devenu comme un fardeau pour le travailleur et pas  une source de joie selon le plan et la volonté de Dieu. Le travailleur sent les effets négatifs liés aux conséquences du péché (le travail devient inutile, absurde et vanité).

 De ce qui précède,  le sol est maudit mais pas le travail, voir  Genèse 3:17 et bien que la malédiction fut levée plus tard  dans le livre de Genèse 8:21-22.

 Ce faisant, il y a  eu 4 ruptures majeures qui se sont  produits entre l'homme et Dieu, entre l'homme et son prochain,  entre  l’homme lui-même et  entre l’homme et son environnement /le monde.

En guise de cette réalité, l'homme ne veut pas dépendre de son créateur et veut être indépendant;

- L'homme s'engage dans des activités qui détruisent,  drogue et la prostitution par exemple ;

- L'homme ne voit pas l'humanité en tant que porteuse de  l'image de Dieu  et  se transforme  en  brutale;

- L'homme se retourne contre son propre environnement /monde, coupe anarchique  des arbres et  sans aucun usage, destruction de l’écosystème en dépit des avertissements bibliques, scientifiques et écologiques;

L'homme vit constamment son échec et sa séparation avec son créateur et  les effets du péché affectent aussi son environnement.

- Son lieu du travail (Adam s'enfuit de son Co-créateur), voir  Genèse 3:8-11 ;

- Le foyer (règne une lutte désagréable dans le mariage), Genèse 4:8, et

- Entourage (absence de l’unité et satisfaction) –Genèse  11:4.

L’économie de Relation (Transformation et Transaction)

Après la perte de la valeur initiale, l'homme a fini par vouloir utiliser la force et l'autorité à sa disposition pour contrôler les autres plutôt que de les servir. Par conséquent, nous avons tendance à tenir à une relation transactionnelle sociale où nous nous soucions beaucoup de ce que nous gagnons sur une telle relation.

Par contre, la relation de transformation sociale fait un long chemin et vise à transformer la vie de ceux avec qui nous vivons afin de satisfaire leurs besoins.

Nous sommes donc invités de nous forcer de vivre les principes d’éthiques, d'intégrité, de justice et de joie dans ce que nous faisons.

Œuvre de rédemption du christ

Jésus Christ est venu non seulement pour chercher et sauver l'humanité, mais aussi pour racheter le  travail de l'homme (cfr. Jean 21:1-13). Jésus est venu pour racheter l'homme de toutes sortes de servitude et l'esclavage (cfr. Gal 3:3-28). Il est venu donc,  réconcilier l’homme avec son créateur; l’homme avec son prochain, l’homme de lui-même et l’homme avec son environnement (Col ; Roma, 2 Cor ; Eph 2).

 Nécessité d'une relance économique

Afin de soutenir le «Réveil Spirituel" il doit y avoir «la relance économique». L’Eglise n’est  pas pauvre, mais elle a des hommes qui n’exploitent pas au maximum leur intelligence (Joël 2:18-27 ; 2:28 , 32).  Par la suite,  ces références  bibliques  corroborent  avec  les théories de philosophie de succès  disant que  « pour arriver  à quelques  chose  de positive, il faut d’abord exploiter l’environnement social puis agir  sur l’environnement physico-chimique et biotique ». Effectivement,  il est évident que nous sommes pauvres  par ce que nous n’avons pas pu agir sur notre   environnement , physique, chimique, biotique, social et nos atouts intellectuels  pour exploiter les richesses naturelles de ce monde.

Certains   illustratifs bibliques parmi tant d’autres sont :

  • Jonas à Ninive (Jonas 4: 10-11) : «  Dieu dit que l'une des raisons pour lesquelles il ne détruit pas Ninive c'est parce il y’a des  bovins (animaux d'élevage / économie) ;
  • Salomon dans le temple (II Chro 6:14): Dieu répond à Salomon et promet que quand Israël s’humilie et prie, Il guérira son pays et son économie ; et
  • Jérémie en exil (Jérémie 29:7-8, 11-14): Dieu commande les enfants d’Israël à participer activement dans les activités économiques d’où qu'ils se trouvent.

En tant que co-rédempteurs avec le Christ, nous devons être prêts à racheter le milieu public et  le marché de notre pays.

 Orientation de la vision du monde

Il est nécessaire pour nous (les croyants) d'avoir un changement de vision du monde si nous voulons être le vrai «Sel et lumière du monde» (Mat 5:13-16), c’est-à-dire :

  • Transformation de la vision du monde et cette transformation commence par la dynamique du dedans selon les théories du développement et commence dans l'esprit (cfr. Rom 12:1-2);
  • Tous les mauvaises pensées doivent être prises en captivité (II Cor 10:5; Juges 6) ;
  • Christ a dit, "Suivez-moi " ; et
  • Paul instruit, «Ayant en vous les sentiments qui étaient en Christ» (Phil. 2:5-7).

Troisième partie

Homme aux services des autres

Cette partie du  module de  la  formation de théologie du travail  parle des services de l’homme  envers les autres. 

 Servir les autres

L’homme a la responsabilité de :

  • Aider les autres à identifier leurs dons / talents et aptitudes ;
  • Placer des personnes dans des services selon les mérites ;
  • Renforcer les capacités des personnes au travail pour beaucoup de performance et rendement ;
  • Encourager la méthode participative dans la prise de décision et voir le concept «  ABACU », littéralement signifie « les nôtres » chez la communauté Banyamulenge ;
  • ...

 Entretenir le pouvoir et l’autorité

Servir, c’est l’un parmi tant d’autres  signes  de responsabilité sociale,  et absolument il faut bien entretenir  cette  responsabilité  autrement dit le « pouvoir »,  et également entretenir  la personnalité/autorité  pour les succès  du talent de direction.   

Aussi, le pouvoir est la capacité d'exercer votre volonté de créer un résultat que vous désirez.

Cependant, un leader serviteur est un steward/ gardien du pouvoir, il l'acquit et le donne.

Entant que religieux, seul  Dieu est la source ultime du pouvoir en ce sens:

  • il nous donne le pouvoir de prendre soin de sa création de superviser, de nommer, de co-procréer, de choisir, et de diriger (cfr. Psaume 62:11),
  • Les dirigeants sont des conducteurs de pouvoir au service de la communauté et de son environnement, et plus vous déléguez le pouvoir (décentralisation) et plus vous devenez fort,
  • Dans le foyer: Les parents ont besoin de bien gérer leur autorité, et
  • Egalement, dans le milieu public  politique, économique et social.

Gestion de circonstances

Ce cours/Formation  se concentre sur les deux circonstances fondamentales là où une bonne intendance a échappé de nombreuses personnes, y compris les chrétiens:

  • Dieu nous a appelé à être des  meilleurs  gestionnaires    d’échecs. et ce dernier  ne doit pas être  une cause de perturbation de fil  de vos projets.   C’est  ainsi qu’en  philosophie   de succès/réussite   encourage que  “la défaite nous rend plus fort et  dans chaque échec, prenez que  c’est  temporaire et non permanent. En plus, l’échec  est un indice d’un faible plan”.  Stratégiquement,   après l’échec, il faut cherchez les causes  qui sont à la base de défaite  afin de bien  les contourner.  Généralement,  trois choses sont à la base des échecs  et à éviter il s’agit de : de doute, l’indécision et la peur. 

En plus,  dit-il  Elbertn Hubbard said that the greatest mistake is to be afraid of making one Nevertheless, very many people in the world today are living under the fear of failure and are holding tenaciously to whatever they feel comfortable with and continually resist transformation no matter how good it is envisioned.

  • En outre, Dieu nous  a appelé   pour  être des bons gestionnaires de la réussite et  ordonne que nous devenons des   bons intendants de la réussite. Apparemment, le succès est une poison pour certains (en particulier, la réussite financière). Effectivement,  la richesse obtenue  d’un seul coup est souvent plus dangereuse que la pauvreté en culture et méthodologie des affaires en développement. 

 Gestion de ressources communautaires

La première condition bibliquement  est d’être remplie du Saint-Esprit.

L'église de Jérusalem a établi une «banque» et l'une des profils/ qualifications pour le recrutement était que « être rempli de l'Esprit Saint» (cfr. Actes 6:1-4), eu égard les illustratifs de la consolidation sont :

  • Dieu aime la richesse et il l’a donné au gens (cfr. Jonas 4:10-11; Aggée 2:8, 11-14);
  • Christ enseigne à propos des affaires (cfr: Matt 25:15-30);
  • Christ enseigne le bon investissement (cfr: Matt 6:9-10);
  • Christ aime la ville (cfr: Luc 19:41-42) ; et
  • Dieu nous a appelé  pour  être de bons gestionnaires de notre propre santé.

Il faut alors donc,  un leadership spirituel pour produire des systèmes sociaux qui sont justes et équitables qui conduisent la transformation sociale, structurelle et spirituelle dans la communauté.

Gestion de l’environnement

Dieu nous  a appelé pour  être des bons gestionnaires de l'environnement (cfr: Genèse 2:15) et Christ aimait l'environnement (cfr Luc 12:27-28).

La protection de l’environnement contribue  normalement  au développement  en général et  également à la santé de personnes.

Les valeurs

Les valeurs (les règles de notre travail),  les engagements moraux et éthiques sont ceux qui déterminent  la gloire et  la présence de Dieu  dans nous. Nos valeurs en tant que peuple, une organisation ou  une église est comme «l'air que nous respirons»  très vital pour notre vie et  fonctionnement, mais largement inaperçue et souvent indéfini (cfr. Michée 6:6-8).

Quatrième partie

Activités

Cette dernière partie de la formation de théologie du travail est consacrée  aux activités, c’est-à-dire : les formations faite en R.D.Congo et au Burundi, les résultants qui sont les témoignages  et activités manuelles et certaines photos témoignant le fait.

Formation

Au fait, le total des bénéficiaires de  la formation en théologie du travail en République Démocratique du Burundi  est de 1095, réparti selon le sexe comme suit :

H : 703 soit  64,2%

F : 392 soit 35,8%

En fin de compte, le total de  formations sur la théologie du travail  sont  24  en  République du Burundi et 9 en RD Congo,  regroupant les différentes catégories sociales entre autres les pasteurs, les chrétiens sans responsabilité au sein de l’église,  les fonctionnaires, les représentants des femmes et des jeunes,  les membres des associations communautaires et les leaders d’opinion.   

 Initiative /Témoignages

La formation en théologie du travail  est hautement appréciée par les participants et tous réclament qu'elle soit propagée dans  toutes les églises, pas seulement du milieu mais aussi faire  l’expansion  ailleurs qu’en  République Démocratique du Congo qu’au  Burundi.

Quelques témoignages et initiatives sont ci-après :

Au Burundi

Les activités et témoignages  pour certains bénéficiaires de la formation  vibrent. Nous ne citons que quelques cas  ayant fait des impacts très significatifs.

  1. MIRIAMU NYAMUNEZERO, âgée de 38 ans, mariée  et mère de 8 enfants. Résidente en commune de MUHA en marie de Bujumbura.  Elle déclare : «  J’ai suivi la formation de théologie du travail en 2013 à Bujumbura. Après la formation je me suis débarrassé de peur, l’indécision et le doute qui dominaient  mon intérieur. J’ai pris l’engament  de  travailler bien que c’était nouveau chez-moi. Je suis allé emprunter une somme de 50 $ afin de faire le commerce en important les habits des femmes en R.D.Congo et les vendre à Bujumbura.  1 mois après, j’ai remboursé l’argent emprunté et je suis resté avec le capital. Présentement,   j’ai un capital de plus de 1000 $ et  j’ai résolu plusieurs problèmes familiaux  et sociaux ».
  2. RESA NYARIBURWA, âgée de 54 ans, mariée et mère de 7enfants, résidente à Bujumbura, commune Ntahangwa, déclaré en ces termes : « Après la formation de théologie du travail en 2013 à Bujumbura, j’ai décidée de travailler pour la survie de ma famille car, mon mari venait de faire 9 ans de chômage.  Je suis allé emprunter l’argent (50$) chez un changeur Osée Hemba sans l’avis de mon mari.  Aujourd’hui, j’ai dépôt de farines et les habits des femmes avec un capital de 2000$, sans dénombrer les dépenses engagées et les farines et riz consommés au ménage ».